Cultiver sa créativité c’est comme cultiver son potager.

Il faut l’entretenir, venir la voir régulièrement, lui murmurer des mots doux, rapprocher les plantes qui s’entendent bien, qui se font mutuellement du bien.

Il faut l’aimer et croire en elle.

Concrètement, que peut-on faire pour la mettre en éveil permanent, ou presque, pour la maintenir en alerte ?

Enfant émerveillé tu resteras

L’émerveillement joue une part importante dans le développement de la créativité.

Observer ce qui nous entoure et trouver la petite chose qui fait que l’on va écarquiller les yeux, sourire, rester sans voix, cette petite chose qui réveille l’enfant en nous.

On en revient souvent à l’enfant mais c’est une vérité : l’enfant est un être doué d’émerveillement permanent.

Un émerveillement convaincu, déterminé, engagé.

Je le constate chaque jour avec les miens,

je le constatais chaque jour auprès de mes jeunes élèves.

Et cette capacité à s’émerveiller nous transporte, littéralement. Elle nous emmène loin dans des contrées que nous pensions oubliées à jamais.

Je la trouve personnellement fascinante et elle ne manque pas de provoquer à chaque fois une émotion forte,

un regain de jeunesse, une envie de faire de même.

Un fourmillement d’idées.

Alors pourquoi ne pas se laisser aller à cet émerveillement ?

Oublions pour un temps nos obligations et jouons, nous aussi,

rêvons,

extasions-nous devant la minuscule bête qui vient de réussir à monter sur le tout aussi minuscule brin d’herbe,

rions à gorge déployée au spectacle du haricot acrobate tombé malencontreusement dans un verre d’eau.

 

A l’écoute des sensations, des souvenirs, des mots rigolos, tendres ou cruels qui affluent…

Le cerveau bouillonne et le cœur chantonne.

 

Dis-moi, quelles sont les choses sur lesquelles tu t’es émerveillé cette semaine ?