Comment créer un univers qui sonne juste

Que l’on écrive un roman, une nouvelle, des instantanés, on a recours à la description d’un décor, d’un univers.

Comment faire pour rendre un décor qui sonne juste, une atmosphère crédible et porteuse de sens?

Univers qui sonne juste, ça veut dire quoi ?

L’univers que l’on va choisir va donner une couleur à notre récit. Il va lui apporter une dimension symbolique, devenir un personnage à part entière.

Par exemple, dans le livre de Stephen King, Shining, l’hôtel devient le personnage central du roman. Le lecteur est happé par ce lieu, terrifié même par tout ce qui s’y passe.

Dans un polar que j’ai lu dernièrement, Glacé de Bernard Minier, toute l’action se déroule sous la neige, en plein milieu des montagnes des Pyrénées, dans un endroit perdu, ce qui crée une atmopshère de fin du monde, d’isolement terrible et d’oppression.

On ne choisit pas un décor au hasard. Il vient renforcer le récit.Il apporte de l’épaisseur et de la véracité à l’histoire.

Créer une atmosphère

Allons plus loin maintenant et voyons comment donner plus de force à cet univers qu’on a choisi.

Et pour cela, invitons une notion particulière : l’atmosphère.

Comment la créer ?

Vive la météo !

On peut introduire un élément météorologique de manière récurrente tout au long du récit pour accentuer le caractère dramatique ou joyeux d’un roman.

Par exemple :

Je reprends le polar que j’ai lu.

Dans « Glacé », de Minier,  le brouillard etla neige sont très présents. L’ambiance du roman est pesante et froide. Elle nous colle à la peau tout au long de l’histoire. Elle déteint sur les personnages et sur le lecteur. Elle emprisonne, d’une certaine façon.

A l’opposé, un soleil de plomb peut aussi accabler le lecteur, accentuer une misère, un sentiment de fatigue. Ou conférer un caractère plus léger à un roman.

 

Choisir un espace-temps

La dimension temporelle apporte aussi son grain de sel à un récit.

Si l’intrigue se déroule uniquement la nuit, cela donne une dimension plus mystérieuse, inquiétante au récit. Plus intime.

Ces choix accentuent un message, un sentiment : oppression, légèreté, tristesse…

Ajoutons à la météo et la dimension temporelle, l’emploi des 5 sens. Il est essentiel pour attraper le lecteur et le faire plonger dans votre récit.

 

La belle époque !

On peut également créer une atmosphère en se référant à une époque précise, une ville, un quartier.

On s’immerge alors dans les détails de l’époque choisie pour donner de la véracité au récit.

Les recherches sont fondamentales pour sonner juste. Le souci de vérité est important car on doit embarquer le lecteur. Et il est important de partir du principe que le lecteur en connaît sûrement un rayon sur l’époque ou le lieu choisi. Donc soyons honnête, ne le dupons pas.

Et puis, c’est ce qui crée la magie de l’écriture!

Quand tu lis un roman et que tu retrouves des détails d’une époque que tu as connue, d’un lieu qui t’est familier, tu es heureux de retrouver tout cela! C’est comme un retour à la maison!

En tout cas, cela me procure beaucoup de joie et de tendresse la plupart du temps!

Petit conseil donné par beaucoup d’écrivains si tu en éprouves le besoin: dessiner ton décor.

Faire un croquis ou un dessin plus précis. Cela aide à ne pas oublier les détails.

En donnant forme aux éléments, cela permet de vérifier s’ils tiennent la route.

Par exemple, si je parle d’une distance à parcourir à vélo entre deux villages, les dessiner me permettra de voir si c’est possible, crédible.

Je l’ai testé et franchement, ça permet de lever les doutes, de préciser sa pensée et de rester dans les clous de son intrigue.

 

Comment décrire notre univers une fois qu’on l’a choisi ?

Très souvent, on a le choix entre deux approches:

Intégrer la description à l’intrigue ou dédier un passage entier à la description.

Je vais te dire une chose, les deux sont possibles!

On peut tout à fait décrire un endroit précisément pendant tout un passage, façon Balzac. Ah, doux souvenirs de mes cours de français!

Ou on peut s’appuyer sur l’action pour intégrer des éléments de décor.

Cela dépend de toi, de ta sensibilité.

Je te donne un exemple d’intégration de la description dans l’action, car c’est celle que j’utilise le plus souvent. Je trouve effectivement cette méthode plus vivante et plus fluide.

 » Camille poussa la vieille porte en merisier que son grand-père avait façonné de ses mains, juste avant de mourir. Elle se rappela de son établi. De l’odeur fumée qui y régnait. Les outils toujours bien alignés, prompts à servir. La petite chaise branlante, qui craquait dès qu’on y posait une fesse. La lumière, trop faible, pour les yeux de grand-père, qui passait par la lucarne. Guidée par ses souvenirs, elle pénétra enfin dans la chambre, prête à affronter le regard affaibli de son aïeul. »

Tu es prêt(e) à te lancer?

N’oublie pas!

Pour créer un décor qui  sonne juste

Pense à:

  • T’appuyer sur les 5 sens et ne pas hésiter à intégrer un élément répétitif dans le récit
  • Faire des recherches pour amener un maximum de détails vrais de vrais et donner corps au décor
  • Choisir ton mode d’action : passage dédié à la description ou intégration du décor à l’action ?

Mets un commentaire pour ajouter une astuce à laquelle je n’aurais pas pensé ou à nous fairie découvrir tes descriptions à toi!