L’écriture est bien souvent perçue comme un domaine réservé à une élite, un art mystérieux pratiqué par quelques-uns. Cette perception élitiste occulte la véritable essence de l’écriture : une forme d’expression universelle qui devrait être accessible à tous, peu importe le bagage éducatif, l’expérience ou les prédispositions.

 

Une forme d’expression essentielle

femme ecrit nature

L’écriture est bien plus qu’une simple compétence académique. C’est un moyen puissant de s’exprimer, de partager des idées, des émotions, des histoires, et de communiquer avec le monde qui nous entoure. Que ce soit à travers des poèmes, des journaux intimes, des lettres, des histoires, des essais ou des récits personnels, chacun peut trouver sa propre voix et partager son vécu grâce à l’écriture.

 

Écrire : un droit universel

L’accès à l’écriture ne devrait pas être restreint par des barrières socio-économiques, éducatives ou culturelles. Il s’agit d’un droit universel, une forme d’expression qui appartient à tous. Tout individu devrait se sentir encouragé à écrire, à s’exprimer librement sans craindre le jugement ou les normes préétablies.

 

Liberté et empowerment

Démystifier l’écriture revient à libérer la créativité de chacun. Donner les outils et l’espace pour écrire permet de renforcer l’estime de soi, l’auto-expression et l’autonomisation. C’est une manière de donner une voix à ceux qui pourraient autrement se sentir marginalisés ou silencieux dans la société. Je constate notamment sa force et sa puissance lors des ateliers d’écriture que j’anime auprès d’un public migrant qui maîtrise peu la langue française. Ecrire sur soi, se dire, se raconter réhabilite et donne une confiance incroyable.

 

Dépasser les mythes et les stéréotypes

Il existe des mythes persistants autour de l’écriture, tels que l’idée qu’il faille être un génie littéraire pour écrire, ou que seules certaines personnes ont le « don » pour cela. En réalité, l’écriture est un processus qui s’améliore avec la pratique et la persévérance. Tout le monde a le potentiel de devenir un écrivain à sa manière, à son rythme. Tout le monde ne sera pas Victor Hugo mais a-t-on forcément envie de le devenir ?

Savoir pourquoi on écrit est ce qui mobilise, débloque, pousse, transporte. C’est ce qui fait qu’on est écrivain : parce qu’on a quelque chose à dire, à sortir, à transmettre. Peu importe que ce soit pour soi, pour Tatie Monique ou la terre entière.

 

La diversité de voix

En rendant l’écriture accessible à tous, nous favorisons une plus grande diversité de voix et de perspectives. Chaque individu a son propre vécu, ses propres expériences et opinions à partager. Encourager cette diversité enrichit la littérature et permet de refléter plus fidèlement la complexité du monde dans lequel nous vivons.

 

Comment rendre l’écriture plus accessible ?

💫En proposant des ateliers d’écriture, en offrant des espaces et des programmes d’écriture ouverts à tous. Plus la proposition est diverse, plus on a de chances de toucher le plus grand nombre, y compris cet écrivain timide et introverti qui tremble à l’idée de pousser la porte d’un atelier.

Rendre accessible non seulement financièrement mais aussi et surtout en développant une offre qui n’intimide pas.

💫Fournir des ressources éducatives accessibles et abordables pour apprendre les bases de l’écriture est aussi une piste. Chacun et chacune pourra alors se sentir autorisé à se former, à tenter une aventure pour progresser en écriture auprès d’un(e) professionnel(le) lorsqu’il ou elle sentira que le moment est propice.

💫Enfin, l’encouragement et le soutien sont certainement le terreau de cette accessibilité. Créer un environnement favorable où chacun se sent encouragé et soutenu dans ses efforts d’écriture libère et pousse à poser avec sérieux ses premiers mots.

 

En conclusion, démystifier l’écriture revient à quoi ?

Cela revient à reconnaître son accessibilité universelle. C’est une forme d’expression puissante qui appartient à tous, une voix libre et sans barrière.

En encourageant et en facilitant cet accès à l’écriture, nous permettons à chacun de partager son histoire, ses idées et ses émotions, contribuant ainsi à une société plus inclusive et diverse.

Qu’en penses-tu ?